Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 14:41

Encore un vieil article que j'avais oublié de publier ... j'avais écrit ça en juillet dernier ...

Enième réflexion hier soir en voyant mon ventre et mes 3 autres loulous : "Eh ben dis-donc, vous avez du courage !". J'aurais vraiment dû les compter (en gros, on m'a dit ça 9 fois sur 10 !!!), et surtout, enfin trouver une réponse qui fuse et coupe la chique gentiment mais sûrement à cette tripotée de gens bien-pensants ... M'enfin, pourquoi j'en n'aurais pas 4 des enfants, et même 5 ou 6 si ça me chante !

Tout ça me fait du coup penser à une conversation récente avec une amie autour de l'arrivée de ce petit haricot : pourquoi on fait un enfant ? Pourquoi on fait un nouvel enfant ?
Evidemment qu'il y a un certain nombre de raisons "intellectualisées" (désir de fonder une famille, de péréniser son couple ou son amour dans un enfant, influence d'une éducation, d'une foi, d'une expérience personnelle au sein d'une famille nombreuse, ...).
Mais ce dont j'ai envie de parler, c'est surtout de ce besoin animal et irrépressible de donner la vie. En disant ça, je ne nie pas que je suis un être pensant déterminé par son environnement (économique, familial, ...), mais en ce qui ME concerne, ce besoin animal vient vraiment au premier plan. Je n'ai jamais pensé et désiré aucun de mes enfants quand c'était "le bon moment", quand c'était "possible" pour des raison x ou y. Théophane est arrivé alors que j'étais étudiante et Superpapa faisait son armée. Et ça a d'ailleurs été une grande source d'inquiétude pour nos parents respectifs. Mais pour nous, c'était une évidence. Nous avons conçu notre fils parce que c'était devenu dans nos tripes le fameux bon moment. Nous avons résolu ensuite les questions matérielles qui en découlaient. Quand Apolline est arrivée dans nos vies, ce n'était pas pour donner une petite soeur à son grand frère. C'était d'elle dont nous avions envie, nous avions envie d'un enfant, d'un nouvel être dans notre famille, pour ce qu'il était en lui-même. Envie de concevoir, envie de sentir la vie frémir puis naître, envie de respirer ce bébé, de le serrer dans nos bras. C'est aussi une des raisons pour lesquelles il n' a pas de régularité dans l'arrivée de nos enfants. 2 ans entre les 2 premiers, puis 3 ans 1/2, puis 5 ans. Parce qu'à chaque fois, c'est notre désir incontournable qui a déterminé notre choix, même si financièrement ou professionnellement c'est tout sauf le bon moment !
Attention, je ne juge pas le parent qui attendrait que les "bonnes conditions" soient réunies. Mais pour moi, ce n'est pas comme ça que cela se construit. Le désir grandit au creux de mon ventre et je sens profondément et puissamment combien ce désir est instinctif, animal, même si c'est bien en tant qu'être pensant que je me laisse guider par cette animalité.

Et c'est l'animal qui parle en moi qui rend ce désir incontournable.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LaRêveuse 08/12/2008 21:42

J'aime beaucoup ce que tu as écris. Moi aussi j'ai eu droit à beaucoup beaucoup de réflexions du genre "un enfant si jeune tu avas gacher ta vie...", "mais ce n'est pas du tout le bon moment!" "faudrait mieux d'avorter n'est-ce pas?" et tout ça... et presque personne dans mon entourage pouvait comprendre ce que tu décris... puis une femme m'a dit: "Quand j'étais jeune je me disais que j'allais faire un enfant quand j'aurais tel dîplome, tel emploie, quand j'habiterais dans un 60 mètres carré minimum, quand j'aurais déjà voyagé je ne sais plus où, etc. et puis un jour je suis tombé enceinte et j'aimais instinctivement ce bébé, je n'étais pas inquiète... et tant mieux parce certaines des choses que je voulais avoir avant d'avoir un enfant ne sont pas arrivés dans ma vie, et elles ne serions pas arrivé non plus si j'aurais intérromput ma grossesse, alors heureusement que je ne suis pas resté sur ma première position si rationnelle, sinon je n'aurais pas eu mes enfants!"

JayK 30/11/2008 10:30

Oh comme je te comprends....
J'ai longtemps réfléchi au "second", mais il n'y a pas de bonnes raisons pour ou contre, hormis la suivante : je n'ai pas envie, pour le moment d'un autre enfant... alors, tant pis pour les autres qui ne comprennent pas poruquoi Jade n'a tjrs pas de ptit frère... lol
 
Bisous

Carole 27/11/2008 11:01

Vous faites bien car finalement si on y pense trop ce n'est jamais le bon moment... Mais vu le baby boom en France depuis quelques années beaucoup de parents doivent penser comme vous! La seule bonne raison de faire un enfant c'est l'envie!
Bisous

Diane 26/11/2008 21:08

C'est en effet un très beau discours. Mais pourquoi est-ce si difficile d'entendre que c'est du courage ? Je suis maman, le premier est arrivé sans être attendu, le deuxième est arrivé "trop" vite,.... il y a toujours une part d'imprévu. Et oui je suis entièrement d'accord, chaque enfant prend alors toute sa place même si le bon moment n'a pas été choisi. Je prends le temps aujourd'hui d'élever ces deux enfants là que j'ai aimé mettre au monde. J'aimerais aggrandir la famille un jour, plus tard. Mais voilà pour moi être enceinte c'est une tragédie, ce sont des soucis réels de santé qui deviennent des angoisses permanentes. Alors oui je dis que celles qui franchissent le pas pour un enfant de plus à aimer ont du courage. Et oui un enfant quand il est là, c'est magnifique et même si on s'adapte à tout ce qui est matériel, même si on relativise tous les petits tracas, c'est quand même pas de tout repos et il faut du courage pour les guider chaque jour.
Oui j'admire votre courage à avoir assouvi votre besoin animal parceque le courage c'est aussi quelque chose de beau.
Et pour celui qui le dit en général, c'est une manière de dire qu'il n'en aurait pas fait autant et donc de vous admirer.
 
Félicitations pour cette belle famille

cécile 26/11/2008 11:05

Je suis complétement de ton avis... Je ressens pour la énième fois cette même envie, ce besoin animal... j'ajouterai qu'en plus donner la vie, donner la vie à un bébé, puis vivre à son rythme nous rend encore plus vivant, arrête le temps, le ralentit et nous ramène à l'essentiel.
Cependant, il faut partager cette envie à deux... et les mamans sont souvent plus animales à ce niveau.