Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 16:18

Je suis en lire de finir de feuilleter avec gourmandise le beau livre de Laure Adler & Stefan Bollman, Les femmes qui lisent sont dangereuses, paru en juin 2006 chez Flammarion. 

Et je ne résiste pas à l'envie de vous donner à admirer ce beau portrait peint par Franz Eybl qui date de 1850 (pages 72-73 du livre).

Cette jeune femme dont l'épaule se dévoile, mais dont le plaisir diffus échappe au reste du monde ... Ce regard entièrement tourné vers le livre ... Quelle histoire palpitante, quelles pensées merveilleusement romanesques ?

Chaque livre que j'ouvre est comme un cadeau, une confiserie délicieuse, une échappée vers l'intime et l'universel à la fois.

Quel bonheur ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Petiboutz 20/03/2007 20:55

MERCI !! :-))

Petiboutz 20/03/2007 03:59

oooooooh, ben désolée j'arrive un peu après la course mais, supermama, tu voudrais pas nous en parler un peu plus, de ce bouquin ??? bizzzz

Les Superzhéros 20/03/2007 18:20

With pleasure Dear !

En fait, il y a un très bel article de Marie Desplechin à consulter ici  .
Je ne dirais pas mieux sur ce livre, plein de femmes qui dégagent une sérénité langoureuse. Je ne me reconnais personnellement pas dans quelque corporatisme que ce soit. Par contre, j'adhère volontiers à cette communauté de liseuses épanouies et mystérieuses ...

Pour finir, deux citations qui donnent une petite idée du propos d'Adler et Bollman :
Il y a, je crois, une manière particulière de lectrice. Sans tomber dans la caricature de la description de pratiques différentes parce qu'originairement sexuées, il me semble qu'il y a une manière particulière des femmes d'aimer les livres, de pratiquer l'art de la lecture, d'avoir besoin des livres comme d'une sève nourricière et même de considérer à certains moments de leur existence que vivre c'est lire. (L. Adler, page 14)
Lire en silence, savoir lire favorisa aussi, sur le plan intime et personnel, le développement de modes de comportement d'un genre nouveau, qui n'allaient pas manquer d'éroder, avec le temps, la légitimité de l'autorité établie, tant spirituelle que temporelle. Les femmes qui apprenaient à lire à cette époque étaient effectivement dangereuses. Car non seulement la femme qui lit s'acquiert un espace de liberté auquel elle est la seule à avoir accès, mais elle s'assure aussi, du même coup, un sentiment de valorisation qui ne doit rien à personne. En outre, elle se forge sa propre vision du monde, qui ne coïncide pas forcément avec celle qui lui a été transmise par ses origines et par la tradition. Si tout cela est encore loin de signifier que la femme s'est désormais affranchie de la tutelle patriarcale, on peut tout de même y voir la porte ouvrant sur le chemin qui la conduira bientôt à l'air libre. (S. Bollman,  page 28)

carole 19/03/2007 11:24

tout simplement magnifique ce tableau... Bisous

miette 17/03/2007 19:51

Ohhhhhhhhh rien que l'image...

tontonfoi 16/03/2007 22:02

Hormis l'equipe et les autocollants paninis de foot, le reste , je ne sais pas le lire.