Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 00:01
Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Princesse Isaure
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 09:24
Avant que les inquiétudes de ton 5ème mois n’effacent les petits bonheurs de ton 4ème, voici donc en quelques mots les doux souvenirs de ces semaines, encore plus vite passées que les précédentes …
Tout d’abord et à nouveau, tu fais le bonheur de tout ton entourage, petits et grands, ravis par tes sourires, des grimaces, et tes bruits de plus en plus variés. Désormais tu sais utiliser tes petits lèvres et ta langue pour faire des bulles, cracher, postillonner à qui mieux mieux. Toujours aussi tonique, tu aimes être à plat ventre (pas trop longtemps tout de même). Il est parfois difficile de t’asseoir lorsqu’on te tient sous les bras tellement tu raidis tes petites jambes pleines de bourrelets.
Tu aimes toujours autant ton pouce, et tu le têtes en te frottant le visage, avec tout ce qui te passe sous la main (couverture, bavoir, lange). Du coup, nous te mettons ton doudou tout près de toi lorsque tu sembles fatiguée. Très vite, tu fais le lien et dès que l’on te le pose près de ton visage, tu le saisis, tu t’en recouvres les yeux et prends immédiatement ton pouce pour t’endormir paisiblement. Tu  es incroyable !
Tu aimes toujours autant être contre ta maman pour une tétée ou un câlin, et dès que tu vois ton papa, tu te tortilles pour chahuter, en lui faisant des sourires enjôleurs.
Autre nouveauté, tu veux à tout prix mettre tes doigts dans ta bouche durant la tétée. Mais tu as du mal à tout caser dans ta petite bouche !
Et puis j’allais oublier : tu mets tout à ta bouche, hochets, langes, girafe. Tu n’arrives pas encore à les attraper de toi-même, mais une fois qu’on te les met près de la main, tu les agrippes et les portes immédiatement à la bouche pour les goûter. C’est très drôle de te voir vouloir tout enfourner, quelle que soit la taille du jouet ou de l’objet !
Chaque jour qui passe apporte son petit bonheur, son moment doux, drôle ou tendre. Je vis tout cela au présent avec toi, en profitant et en essayant de retenir ce bonheur comme un trésor précieux au fond de mon cœur.
Je t’aime ma chérie.

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Princesse Isaure
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 13:46
Mais qu'est qu'elle raconte la Supermama ?
Pis en plus elle parle d'elle à la troisième personne ...

Wep, on a été très très absents ...
Wep, on a traversé pas mal de remous, et notre petite Isaure tout particulièrement ... Pas facile facile ...
Wep, on vous racontera tout ça, mais pour commencer, et pour célébrer notre retour sur le net (parce que nous le valons bien), un p'tit moment de bonheur, et bien vite bien vite, tout plein de racontages et de photos.

Bisous les zamis !


PS : faut cliquer
, mettre le son à donf, laisser la chair de poule monter, et of course, ça marche mieux avec FF qu'avec IE !
Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Zoyeuse vie de famille !
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 20:11

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance.
Nous avons chanté, dansé.
Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés. On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.
Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes. Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.
On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.
C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.
La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.
De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.
Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi, ou crevez avec moi. Evidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux.
D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, - attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille - récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés). S'efforcer. Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.
Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.
Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie -une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut-être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas

Paru en novembre 2008 ici : http://www.europeecologie.fr/blog/nous-y-sommes

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Superhéros écolo-citoyens !
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 10:11
(Solutions locales pour un désordre global)

Quelques extraits d'un documentaire actuellement en cours de réalisation par Coline Serreau, en partenariat avec
Colibris, mouvement pour la Terre et l'Humanisme.
Le film sortira au premier semestre 2009.



A chaque fois, ça me déprime un peu plus ...

Les deux "Bourguignon", ex-scientifiques de l'INRA refusant la lobotomisation imposée, on les retrouve aussi dans tout plein d'autres extraits dans Youtube.

Et pareil pour Pierre Rahbi.

Des bouffées d'oxygène et d'intelligence humaine.
Et on en manque douloureusement ces derniers temps ...
Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Superhéros écolo-citoyens !
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 09:41

Encore un mois incroyable de passé, à profiter de toi au présent, et en même temps à voir le temps filer toujours plus vite ...
Tu es toujours plus éveillée et rigolote. Tu pousses des petits cris de joie en secouant tes bras et tes jambes, tes yeux se plissent malicieusement tandis que tu fais d’énormes sourires. Depuis le 8 janvier, tu glousses quand on joue à te chatouiller et qu’on caresse ton visage. Je fais un petit pouet pouet sur ton nez, et tu adores. Lundi 12 janvier 2009, je te chatouille le cou en te chantant « la petite bête qui monte qui monte … » et tu éclates de rire ! Je recommence plusieurs fois, éclatant de rire à mon tour : quel bonheur de te voir si joyeuse ! A la fin de ton 3ème mois, tu éclates de rire de plus en plus souvent, particulièrement lorsqu’Apolline te secoue les bras, et lorsque je te chatouille le torse, les côtés, ou le cou. Tu discutes désormais, tu nous fais des discours, de longs « aheuuuuuuuu », « iiiiiiiiiiiih », « awouaaaaaaaaaa ». C’est très drôle de voir combien tu essaies de communiquer avec nous, ça a l’air de te demander beaucoup de concentration et d’effort, on voit que tu t’appliques.

Nuit de lundi 12 à mardi 13, grosse insomnie pour moi, tandis que toi, tu dors plus de 6h d’affilée sans te réveiller : eh oui, c’est possible !!! Dommage que ça arrive justement quand moi je ne parviens pas à fermer l’œil … Le lendemain, tu enchaînes presque 7h de sommeil, puis tétée, puis 4h30 de sommeil : le luxe ! Merci ma poupette jolie. Ton rythme change totalement en ce moment, tu as de longues plages d’éveil, durant lesquelles tu têtes souvent, et de longues plages de sommeil. Tu têtes moins souvent en moyenne, mais les tétées s’allongent dans la durée (parfois 1/2h, et le soir … une bonne partie de la fin de soirée à téter en se câlinant et en s’endormant). J’adore particulièrement la dernière tétée du soir, dans la maison revenue au calme, quand les grands dorment déjà. On prend notre temps, on traîne dans le salon en passant un moment à 3 avec ton papa. C’est tout doux tout ralenti, et mon cœur à nouveau tressaille de joie en réalisant l’immensité de ce bonheur.

Fin janvier, tu es capable de dormir 10h d’affilée, mais tu ne renouvelles que trop rarement cet exploit ! Tant pis, je te laisse faire les choses à ton rythme et je décide d’être disponible pour toi, jour et nuit. Et puis la nuit, une petite tétée, suivie d’un gros dodo, ce n’est finalement pas si difficile.

Lundi 02 février, tu attrapes enfin ton pouce, et c’est une sacrée découverte ! Tu le tètes avec délice et application. Du coup, tu t’endors toute seule, et je suis presque frustrée de voir que tu n’as pas besoin que je te berce … Un comble ! Tout de même, je vois que tu ne me remplaces pas si facilement, le soir en particulier : c’est dans les bras de maman que tu t’apaises.

A la fin de ce troisième mois, nous continuons de découvrir tes progrès avec ravissement et étonnement. A plat ventre, tu arrives à soulever la tête de plus en plus haut et à la tourner à droite et à gauche. Tenue sous les bras, tu te tiens debout et pousses sur tes jambes avec une tonicité incroyable. Sur le dos, tu te tortilles pour passer sur le côté. Tu nous regardes avec une extrême concentration et tu roucoules pour nous raconter tout plein de choses extraordinaires. Tu captives toute la maisonnée.

Tu as déjà énormément changé et grandi, et on essaie de profiter le plus possible de tous ces moments merveilleux. J’ai de la nostalgie pour ces trois premiers mois déjà écoulés, et en même temps de la joie en pensant à tout ce que nous allons bientôt découvrir ensemble.

Baisers ma doucette.

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Princesse Isaure
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:28
Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Princesse Isaure
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:26

Oui, j’ai un profond bonheur au fond de mon cœur …
Non pas que tout soit rose en ce moment, c’est même pour plusieurs de nos proches et nous-mêmes une période assez rude que ce début d’année, avec des tristesses et des soucis qui vous serrent la gorge rien que d’y penser.
Mais malgré ça, dans mon cœur à moi, mon cœur de maman-actuellement-en-congé-maternité-qui-couve-sa-petite-bébée, je sens une paix et une joie qui me ressourcent et me soutiennent avec une force vive et inébranlable. Et rien, ni le quotidien qui assomme et fatigue, ni les nuits parfois agitées, ni les soucis et les peines, non rien ne peut réussir à atteindre ce bonheur profond, soyeux, tendre et doux.
J’ai comme une réserve inépuisable de joie qui me porte, et qui se recharge rien qu’à regarder ma petite doucette, rien qu’à la sentir, rien qu’à l’écouter gazouiller ou rire aux éclats.
Et avec elle mon Amélien lové contre nous deux pendant la tétée, mon Apolline qui m’écrit des mots de réconfort tellement plein d’amour et de sagesse, mon Théophane en joie devant sa petite sœur ou ses cadeaux d’anniversaire ou sa bonne note inespérée en anglais.

Pourtant la vie nous chahute drôlement, et l’exaspération gronde ou submerge quand le temps manque ou la fatigue me démunit.

Mais tout de même, quelle chance de ressentir ça. Quelle chance de le vivre.

Je mesure chaque jour, oui chaque jour de plus, quelle chance j’ai d’avoir ce temps partagé avec mes enfants, avec ma petite. De ne pas devoir déjà la laisser pour aller travailler, même si bientôt la vie à 6 sur le maigrichon salaire de Superpapa ne va pas être simple. Mais je vis au présent, dans ce présent moelleux et ralenti de la journée en tête à tête avec Isaure, dans ce présent bruyant des soirées et des week-ends à 6.

Et les journées s’écoulent, entre tétées, bain de la doucette, lessive, rangement de tout ce qui traine, tricot, pâtisseries pour les gourmands, câlins … Je ne produis rien, je ne suis plus « active », et pourtant je vis avec une intensité très particulière, et je n’ai pas de frustration devant ce temps qui file. Parfois une angoisse pointe : 3 mois déjà, en ai-je suffisamment profité ? Qu’ai-je fait de mon temps ? Et puis non, décidément, je suis heureuse, alors ces questions m’assomment. Comment perdre ce fameux temps à répondre à de fumeuses questions, quand ma petite me regarde si intensément, me sourit si amoureusement ?

Tant pis pour les projets, les listes de choses à faire, je la prends contre moi, elle est si moelleuse, chaude contre mon sein, douce contre ma joue.

Hummmmmm …

PS : et pardon pour les non-visites par chez vous, j'ai beau me dire que je devrais, que je pourrais trouver le temps, je ne sais pas par quel sortilège la journée passe si vite et la soirée se termine sans que je n'ai réussi à venir vous dire merci pour vos pensées et vos messages ...

Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 17:17
Le temps continue de filer, et nos enfants de grandir.
Il a 12 ans aujourd'hui, elle aura 3 mois demain. Entre ces deux-là, le grand amour déjà : elle le regarde de ses yeux ronds, et ravie, glousse de bonheur dès qu'il lui parle. Lui s'extasie auprès de ses copains et leur raconte mille et un détails dont ils se moquent, mais tant pis, il leur raconte quand même, tout gaga ...
Un grand grand frère, un chouette garçon, qui commence à nous faire de belles grosses conneries de pré-ado, mais garde tout plein de tendresse pour sa môman.
Un bonheur aussi notre petit grand gars  .
Bon anniversaire Théophane !
Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Théophane raconte ...
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 17:16
Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Princesse Isaure
commenter cet article