Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 19:01

Coucou les zamis, et ... merci pour tous les commentaires laissés à ces deux derniers articles qui me tenaient à coeur. Vous êtes des amours, et j'ai eu plus d'une fois un bon gros sourire à vous lire !

Peut-être certains l'ont-ils lu ainsi, mais pour préciser, je n'étais ni fachée ni triste du tout en écrivant ça. Je constatais en fait. Et ça m'a fait drôlement du bien de coucher sur le papier blog ces ressentis. Mais ainsi va la vie. Elle est belle comme ça !

Je passe une semaine assez extra en solitaire pour tout dire : beaucoup beaucoup de travail dans la journée, exténuant mais très satisfaisant. Une soirée avec un chouette ami, cinoch et tout et tout. J'ai même découché ! Et puis hier un resto avec ma cousine préférée, super soirée à discuter de la vie, encore que du bonheur. Et demain, dîner chez des zamis ...

Je m'impose donc ce soir une soirée de repos pour récupérer : au programme, glandouille à la maison, internet, taï chi dans le jardin, petit plat indien. Wé !

Je vous embrasse fort, en attendant de vous raconter les deux derniers films que j'ai vus, deux merveilles. Miam ...

Repost 0
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 17:43

Je m'aperçois que toute bavarde que je suis, il y a une chose que je voulais dire et qui m'a échappé.

L'arrivée des enfants dans notre vie, trois enfants tout de même, a tout changé, tout chamboulé. Mais en même temps, ce changement s'est fait dans la douceur, dans la joie, peu à peu, avec un rythme de vie de plus en plus speed et en même temps de plus en plus de joies, un amour démultiplié.
Cette vie, c'est notre choix, et même si c'est parfois difficile, même si c'est souvent un challenge, c'est aussi une source de fierté incomparable. Pourtant, j'ai souvent l'impression que notre entourage nous perçoit bizarrement, en tous cas différemment de ce que nous sommes.
Les gens sont étonnés, ébahis, soucieux, dubitatifs. Et ils reportent sur nous tous ces sentiments relativement négatifs. C'est désagréable, et ça nous fait parfois de la peine.  Evidemment, on nous dit aussi : "C'est génial ! C'est extraordinaire ! Vos enfants sont superbes, etc." Mais ce qui revient le plus souvent, c'est : "Mais comment vous faites ? C'est pas trop dur ? C'est beaucoup trois, non ?"

Et j'avoue que j'en ai un peu marre ...

Oui on a trois enfants, oui nous les avons voulus, oui nous sommes heureux avec notre grande famille. Oui nous sommes fatigués, oui nous accpeterions volontiers qu'on nous aide un peu, mais oui aussi nous avons des joies immenses, des bonheurs incommensurables. Et aucun regret !

La vie à cinq, c'est assez facile en somme. Parce qu'on ne passe pas de deux à cinq du jour au lendemain ... On s'habitue, on s'organise, on apprend. Le plus difficile finalement, c'est sans doute ce regard porté sur nous. La famille qui ne nous invite plus, très proches mis à part. Les amis qui préfèrent nous voir sans nos enfants alors même que sans nos enfants, nous ne sommes pas nous-mêmes ! Parfois je m'interroge sur ce que nous représentons pour eux, sur la perception tronquée qu'ils ont de nous.
Soit en idéalisant ce que nous sommes, soit au contraire en nous renvoyant une image négative de crainte et d'incompréhension mêlées.

C'est assez bizarre ...

Je n'ai pas trop envie de comprendre, après tout, ce n'est pas à moi de chercher à comprendre le pourquoi de ces angoisses qui ne sont pas les nôtres. Et j'en ai un peu assez de devoir me tronquer pour voir certains de mes amis. Car ces amis là, en fait, ils ne voient qu'une partie de moi. Mais moi, j'ai changé. 

Je n'arrive pas à exprimer très clairement ce que je ressens. 

Je suis peinée lorsqu'on pour m'inviter, on me demande avec insistance si j'ai la possibilité de "faire garder" mes enfants. Je suis peinée de voir que certains qui étaient proches sont devenus des étrangers. Je suis peinée de devoir reconnaître que l'image que les autres ont de nous est si ... faussée. Et en même temps, j'ai la ferme résolution de ne pas mettre d'énergie dans ce combat vain. De profiter de ce que j'ai, de ceux qui nous entourent, marmaille comprise. De ne pas chercher à justifier un choix de vie qui n'a pas à l'être.

Aujourd'hui, j'ai envie de privilégier ceux de mes proches qui veulent de moi telle que je suis aujourd'hui, seule ou à cinq, en me laissant choisir, en nous respectant, Superpapa et moi, tels que nous sommes.

Repost 0
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 08:46

 Supermama et Bruno sont allés rien que tous les deux sans Superpapa et sans Erwan au cinéma pour voir :

CARAMEL

de Nadine LABAKI

 

 

 

A Beyrouth, cinq femmes se croisent régulièrement dans un institut de beauté, microcosme coloré où plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient.
Les personnages de la rue se mêlent aux intrigues, et une fois dans le salon, le sexe et le coeur sont au centre de conversations intimes et tendres.

 xoxoxoxoxox   

Revue de presse :

"Une sortie ciné presque improvisé, et un merveilleux moment de poésie et de tendresse. Les acteurs sont extras, les histoires se croisent et s'enrichissent à petites touches, rien n'est jamais trop appuyé ou larmoyant. Sorte de Vénus Beauté à la sauce libanaise, ce film est à la fois plein de délicatesse et d'humanité." SUPERMAMA

" (...) ce film, un régal à regarder, avec une musique et un rythme délicieux, mais pour moi Caramel restera pour l'évocation de Beyrouth. (pécho sans autorisation ) " BRUNO

Repost 0
Published by Supermama - dans Sorties loisirs
commenter cet article
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 15:19

Enfin seule ... Ou plutôt, encore seule !
Oui, parce que pour la deuxième fois des vacances, Superpapa est en vacances sans sa Supermama, décidément accrochée à son travail comme une moule à son rocher (et épargnez-moi les jeux de mots ou sous-entendus vaseux ...).

Du coup, je m'aperçois que je n'ai rien dit du retour des grands, et qu'il me faut attendre leur nouveau départ pour ressentir pleinement cette divine solitude qui m'est offerte. Divine ? Mouais, plus ou moins ...

Dans l'ordre : l'absence puis le retour des enfants. Absence = calme dans la maison, rangement qui dure et que rien ne trouble, chambres vides le soir, solitude sur le canapé, temps pour tout faire, tant de temps ! Et puis on se sent bizarre, vide, désoeuvré. Sait-on encore vivre sans les enfants ? Sait-on encore être à deux, rien qu'à deux ? 
Manque. Manque de bruit, manque de joie, manque de calins, manque de cris, manque d'urgence, manque de bonheur. Repos.

Lundi dernier, retour des grands. On va les chercher, avec Amélien qui piaffe. Le car arrive, on se guette, on se voit, on se dévore. On est heureux. On se voit, on se manque. Le car s'arrête, les portes s'ouvrent, les enfants se jettent dans des bras aimants. Bonheur pur, joie qui fait tressauter le coeur, qui tord l'estomac, qui remplit les yeux. Ils ne sont partis que 15 jours, c'est ridicule ma bonne dame. N'empèche, c'est comme ça. On les serre, on les ausculte sous toutes les coutures, ils ont mille choses à nous raconter, et nous mille autres à leur demander. Amélien se serre contre eux, leur parle, glousse de joie. Il donne une main à son grand frère qui lui caresse la tête, et l'autre à sa soeur qui l'embrasse dans le cou. Et là ça y est, il est parti cet étrange sentiment de manque, cette douleur ténue et persistante. Mes enfants sont là, tous les trois. Je suis au complet. 

Je ressens avec force combien je ne suis plus moi, mais moi + eux. Je n'ai pas le sentiment de m'être affadie, je ne crois pas être moins moi. Mais je ne suis plus moi, moi toute seule. Et je ne veux plus de ce moi-toute-seule. Je suis la femme, je suis l'amante, je suis la mère : ça c'est moi. Et je les regarde tous les trois. Ils font intimement partie de moi. Et ça ne m'empèche pas de faire des choses pour moi, d'avoir des bonheurs rien qu'à moi. Mais celui qui croit me connaître, sans savoir qu'ils sont ma vie, sans savoir que ma vie est avec eux, celui-là même ne me connaît pas.

Lundi soir, nous rentrons à la maison tous les cinq, nos trois loustics à l'arrière de la voiture, en train de se parler, de se chahuter, de se retrouver. Et Superpapa et moi les regardons avec un bonheur à nul autre pareil. Et tant pis pour la vie qui va trop vite, tant pis pour la course au quotidien, tant pis pour les disputes, tant pis pour les soucis. Ce bonheur là, il est à nous, et rien qu'à nous.

Repost 0
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 02:17

"- Maman, je ne veux plus jamais partir en colonie ...

- Ah bon, mais pourquoi, c'était pas bien cette colo ?

- Ben si, c'était trop génial !

- Ben alors pourquoi tu veux pas repartir en colonie ?

- Mais tu comprends maman, c'est trop triste la colonie. Tu te fais des super ami(e)s que tu aimes, il y a des super animateurs, et tu dois les quitter. Et il y en a que je ne vais plus jamais revoir. C'est trop dur. Aimer des gens et les quitter. Je ne veux plus refaire ça moi ..."

L'image “http://biomama.free.fr/New%20design%20blog/Apolline%20signature.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Apolline vous dit ...
commenter cet article
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 00:50

Supermama à Amélien : "Tu sais mon loulou, demain tu passes la journée au centre de loisirs ...
Amélien : "Pourquoaaaaaaaaaaaaa ?"

Supermama : "Parce que papa et moi on va au travail ..."
Amélien : "Pourquoaaaaaaaaaaaaa ?"
Supermama : "Pour gagner de l'argent ..."
Amélien :"Pourquoaaaaaaaaaaaaa ?"
Supermama :"Ben pour acheter des choses ..."
Amélien :
"Pour acheter quoaaaaaaaaaaaaa ?"
Supermama :
"Pour acheter à manger par exemple ..."
Amélien : "Pour acheter des bonbons ?"
Supermama : "Oui, des bonbons, et de la nourriture aussi !"
Amélien : "Oui, des bonbons !"
Supermama :"Oui, et aussi pour acheter d'autres choses, pour payer l'eau par exemple ..."
Amélien (méga interloqué) :"Pour payer l'eau ? Non, paie pas l'eau !"
Supermama : "Ben si, pour payer l'eau des robinets ..."
Amélien : "Non, pas payer l'eau, ben non hein !"


...

En y repensant, c'est quand même dingue de payer pour de l'eau ... L'a raison mon p'tit ! Surtout pour une eau aussi dégueulasse et pleine de saloperies ...
No comment !

L'image “http://biomama.free.fr/New%20design%20blog/Am%e9lien%20signature.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Repost 0
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 22:28

Comme par hasard, c'est justement ce soir qu'on me propose le passage en V2, la nouvelle version de mon hébergeur.  Alors même qu'il me reste plein de choses à paramétrer ...

Attention : La migration pourra prendre jusqu'à plusieurs heures pendant lesquelles votre administration ne sera plus accessible, pas de panique !

Mouais, ben j'me lance, quitte à faire des modifications, autant les faire sur la nouvelle plate-forme ! dry.gif 

Bref, vous z'étonnez pas de transformations bizarres ou de dysfonctionnements dans les jours qui viennent ...

Et mille excuses pour le joyeux bazar !!!

Repost 0
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 16:14

Comme vous l'aurez remarqué, je suis en train de jouer avec le design de mon blog ... Pas d'inquiétude, tout devrait se "stabiliser" sous peu !

Et of course, site optimisé pour Mozilla Firefox : sous IE, c'est pas le pied ...

Pour le moment, c'est l'heure de mettre mon pain à cuire, de faire la compote avec les bonnes poires de pépé, et puis la soupe (oui, on est pas en hiver, je saiiiiiiiis), et de préparer la pâte pour les gauffres de ce soir !

Reprise des hostilités après le dîner, ou dans la semaine.

A pluche !

Repost 0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 21:40

Les mères de famille me comprendront :

Durant cette semaine, avec les enfants en vacances "à droite à gauche", je n'ai fait qu'une seule lessive : une seule lessive en 8 jours, hallucinant non ?

In-cre-di-beul ...

Repost 0
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 09:06

 Supermama et Superpapa ont passé la soirée à Paris-Plage, et en ont profité pour aller au cinéma voir :

PERSEPOLIS

de Marjane SATRAPI et Vincent PARONNAUD

Téhéran 1978 : Marjane a huit ans. Elle est aimée, vit dans une famille cultivée et moderne, et est particulièrement proche de sa grand-mère, un personnage pétillant d'intelligence. Elle décide de devenir  prophète et de sauver le monde, et suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la chute du régime du Chah d'Iran. Mais l'instauration de la République islamique fait s'effondrer tous les rêves de liberté, et Marjane se rêve désormais en révolutionnaire, face à une répression intérieure chaque jour plus terrible. Ses parents décident de l'envoyer en Autriche pour la protéger, et Marjane part seule s'installer à Vienne. Elle a 14 ans, elle est seule, et vit avec douleur l'exil et la solitude.   

Revue de presse :

"J'avais terriblement envie de voir l'adaptation de la bande-dessinée autobiographique de marjane Satrapi, récit que j'avais adoré. Le film est tout à fait à la hauteur. Il met l'accent sur des aspects différents de ceux du livres, mais garde le même humour, la même tension dramatique. J'en suis sortie bouleversée. C'est une merveille." SUPERMAMA

" Un film extra aux dessins superbes, qui m'a enormément plu. L'histoire de cette petite fille est complètement dingue. On apprend comment l'Iran a pu basculer dans l'horreur et l'extrémisme religieux. C'est incroyable de se dire que cela pourrait se passer n'importe où, même en France. Il faut vraiment voir ce film, je le recommande chaudement ! " SUPERPAPA

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Sorties loisirs
commenter cet article