Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 09:20

Et ben ça y est, j'ai bouclé ma deuxième semaine à mon nouveau travail ...
C'est très étrange : ça me semblait insurmontable de partir, de changer, de quitter tout ce que j'avais amoureusement et minutieusement construit.
Et puis l'over-dose d'incompétences en tous genre m'a bien aidée à franchir le pas !

Et finalement, c'est facile ! Oui, soit je suis particulièrement douée pour m'adapter à un nouvel environnement, soit tout simplement quand le moment est venu, on arrête de se poser des questions.

Je ne vous parlerai pas de mes nouveaux collègues, de mon nouveau bureau, de ma nouvelle bib, mais juste de mon nouvel état d'esprit : PO-SI-TIF !
Je dors horriblement mal, toute la nuit je ressasse ce que je vais faire le lendemain, ce que je ne dois pas oublier, ce qui est très urgent, moyennement pressé, souhaitable, etc. Mais je suis contente d'aller travailler, satisfaite à la fin de la journée, fière de ce qui est déjà accompli, et pressée de faire plus et mieux.

C'est très agréable !

Par contre, je suis morte de fatigue, j'ai l'impression que le temps file à une vitesse folle, que les journées durent 2h, et que je n'ai rien le temps de faire.

La semaine prochaine, j'ai décidé de me forcer à prendre le temps de me poser un peu, de passer du temps dans mon bureau à réfléchir calmement, de prendre le temps d'aller faire pipi quand j'ai envie, et tout et tout !

Ah oui, encore, j'y vais en scooter ! Les premiers jours, angoisse totale, mais maintenant, c'est quasiment devenu agréable. Bien-sûr, je garde en tête que c'est potentiellement dangereux, histoire de rester aussi vigilante que possible. Mais je trouve que j'assure pas mal !

Et puis pour finir, je suis assez fière de ne pas avoir déjà abandonné les 5 Tibétains malgré le rythme ultra speed du matin, de me lever plus tôt pour prendre le temps de le faire, et même si ça ne fait que 15 jours, c'est déjà un exploit pour moi !

Voilà, ce petit article pour tout mes copains qui se plaignent que je ne leur ai rien raconté ... Et le reste, au téléphone, si j'ai le courage !

Bon WE à tous.
(le mien commence le samedi soir quand je quitte mon travail !)

Repost 0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 08:21

Douce-mousse nettoyante
Tilleul-Verveine

Pour changer un peu de mon savon d'alep liquide, j'ai concocté cette recette bien sympa quand on aime se décrasser le visage au savon sans trop l'agresser non plus.

Ce qu'il faut pour former la mousse divine de ce mélange, c'est un flacon-pompe "auto-moussant". On en trouve dans les rayons de produits pour bébé de différentes marques (désolée pour la pub !), ainsi que dans les produits de beauté adultes (plus chers). Il s'agit d'un flacon genre "pousse-mousse", mais qui, au lieu de sortir du savon liquide, forme une mousse compacte. Bien-sûr ça oblige à en acheter un, mais ensuite vous le replirez à volonté de votre propre mélange. Je ne sais pas si ces flacon "auto-moussant" sont vendus seuls quelque part. Ce type de flacon forme une mousse toute douce qui fera le bonheur des petits, sans devoir supporter une base lavante trop concentrée qui dessècherait l’épiderme (tout juste 20% de savon dans le mélange total).

Ø Voilà la recette :

Mélanger dans un flacon auto-moussant :
50 ml eau florale de Tilleul
100 ml eau de source
1 cuillère à café de glycérine végétale (facultatif)
1 cuillère à café de miel bio
40 ml de savon de Marseille liquide (bio de préférence) dans lequel vous aurez préalablement dissout 4 gouttes HE Tea Tree
4 gouttes HE Verveine (attention, cette dernière est photosensibilisante, à utiliser le soir ou en hiver, et choisir une autre HE pour l’été)
Refermez votre flacon et secouez doucement pour mélanger les différents ingrédients.

Ø Usage :

A utiliser pour se laver le visage. Il faut penser à secouer doucement le flacon de temps en temps afin de mélanger à nouveau les ingrédients. La recette est parfaitement adaptable en mousse pour le corps : il suffit de laisser tomber les ingrédients "précieux" comme l'eau florale de tilleul, et de mettre une quantité équivalente d'eau de source.

Ø Explications :

Le savon de Marseille, base lavante de cette préparation, doit être de préférence bio (qui ne contient pas de conservateur). L’eau florale de Tilleul apaise les peaux sensibles, et leur apporte de la souplesse. Son parfum apaise. La glycérine y ajoute ses vertus hydratantes, et le miel a une action antiseptique, astringente et hydratante. Les huiles essentielles offrent leurs parfums et leurs différentes qualités : la Verveine parfume ; le Tea Tree conserve ; pour les petits, la Lavande apaise, purifie et calme les irritations ; etc.  Soyez toujours prudent avec les HE !
On peut également mettre en plus 1 capsule d’huile de germe de blé, particulièrement efficace pour maintenir l’élasticité de la peau, prévenir et lutter contre le vieillissement cutané. C’est aussi un très bon conservateur naturel, et par sa teneur naturelle en vit. E, elle a de nombreux pouvoirs bénéfiques pour la peau.

Essayez, vous m'en direz des nouvelles !

Si mes recettes vous plaisent, n'hésitez pas à les essayer, en prenant la précaution d'en tester les ingrédients au préalable.
Si vous en parlez par chez vous, n'oubliez pas de citer leur auteur en indiquant leur provenance.

Retrouvez nos autres rubriques ECOLO ici :

Repost 0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 16:39

Ce week-end, après avoir voté, on est partis à Verdun rendre visite à Mamie Rose et Papy Guy.

Et on a bien fait ! Ben oui, parce que vus les résultats des élections, on aurait encore eu plus de mal à digérer la nouvelle, seuls au fond de notre trou  ...

Au lieu de ça, les célèbres repas caloriques et savoureux de Mamie Rose, un p'tit tour à la fête foraine, avec des manèges en-veux-tu en-voilà :

(on vous raconte pas le palais des glaces où les enfants se sont fracassés contre les vitres, ça a limite fini en bain de sang ...)

Et une visite presque improvisée chez nos zamis Baillerg' (oui, parce que Supermama un peu gonflée s'est carrément invitée à manger ...) :

C'était super sympa, et facile comme tout : comme si on avait déjà fait connaissance en fait ! François nous a régalés de ses supers tours de magie (c'est un peu super agaçant de le voir faire sans rien y comprendre ... Mais comment fait-il ?), et Sandrine nous a fait goûter aux bons oeufs de ses poules (même qu'elle réussit le flan divinement !). Théophane a découvert qu'il avait un clone (leur Julien est un Théophane bis !), et les filles se sont déguisées :

Une chouette chouette soirée qui fait passer du virtuel au réel. On était ravis !

Comme quoi quand on veut, le net n'est pas un moyen de s'isoler du monde, c'est même tout à fait le contraire ...

Plein de bises à la tribu Elkabalo, et des pensées affectueuses à tous ceux qui, comme nous, sont un peu déprimés  (si vous voyez c'que j'veux dire ...).

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Zoyeuse vie de famille !
commenter cet article
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 08:21

Hier soir, nous sommes allés avec les enfants (mais sans Amélien) voir le spectacle Dédale de l'Académie Fratellini.

Réservation DEDALE, LE CIRQUE DES ORIGINES

C'est un spectacle d'acrobates construit autour du mythe de Thésée et le Minotaure, ou plus précisément sur Dédale, l'architecte fou et génial du labyrinthe.

L'Académie Fratellini, tout près du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) est un étrange eet très beau chapiteau de bois. L'idée de ce spectacle :  mêler les arts du cirque à la danse, la musique, le chant, le théâtres, ...

Ce spectacle est un véritable émerveillement. Bien-sûr, on mettra le même bémol que les critiques sur le texte un peu poético-tragique qui est déclamé entre les numéros, mais ça passe plutôt bien avec l'ambiance étonnante du lieu et la mise en scène grandiose.

Les numéros des acrobates sont magnifiques, on pousse des ahhhh et des ohhhh à tous bouts de champ. Les enfants ont été vraiment ravis, captivés, babas !

Merci à tonton José pour les places !

"Je voudrais dire qu'au début ça faisait peur la musique, j'ai aimé ceux qui sautaient sur des gros morceaux de bois et qui volaient dans les airs, ou ceux qui marchaient sur les cordes. C'était impressionnant, ça m'a beaucoup plu. C'était génial !" THEOPHANE

"Hier on a vu des acrobates trop super génial. Moi j'ai préféré 3 trucs que j'aime beaucoup, le premier c'est quand ils ont installé la grande tour et qu'ils sautaient dans des plastiques. J'ai adoré ça. Et aussi quans ils se sont accrochés à une ceinture et ils volaient au dessus de nous avant de retourner sur leur branche. Le troisième truc, c'est à la fin quand les filles ont marché sur leurs mains. C'était trop trop trop génial, j'ai adoré ça !" APOLLINE

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Sorties loisirs
commenter cet article
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 07:12

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Blagounettes
commenter cet article
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 14:03

 J’aime beaucoup l’idée que quel que soit son âge et son parcours, on peut toujours décider de changer, progresser, évoluer. C’est pour cette raison que je suis toujours en quête d’un mieux vivre, en modifiant certaines de mes pratiques ou certitudes bien installées. Dans cet esprit, j’ai décidé de m’intéresser aux fameux 5 tibétains, et de tenter de les pratiquer régulièrement.

Tout d’abord et très brièvement, qu’est-ce que c’est ? Les cinq tibétains sont un ensemble de mouvements de yoga découpés en 5 « rites », à pratiquer chaque jour, de préférence le matin à jeun. Ils sont sensés, en plus d’apporter la jeunesse éternelle ( !), assouplir, muscler, tonifier, détendre le corps et l’esprit.  Rien que ça …

Je ne sais pas vous, mais l’idée de prendre 5 à 10 mn de mon précieux temps quotidien pour obtenir tous ces bénéfices, ça me tente vachement ! J’ai beaucoup de mal à me lever le matin, alors j’espère que ce sera une motivation supplémentaire pour me réveiller, et démarrer la journée du bon pied.

Du coup, je me suis dit que si ça vous intéresse, on pourrait s’y mettre à plusieurs, démarrer ensemble les 5 Tibétains et s’encourager, en partageant nos impressions. J’invite ceux que ça tente d’essayer à me laisser un commentaire. Je vous laisse la fin de la semaine pour essayer et mémoriser, et idéalement, on commencerait lundi prochain. Alors ça vous intéresse ?

Pour ceux qui ne sont pas intéressés, vous pouvez zapper la lecture de la suite de ce long long article !

J’ai surfé ça et là, essayé ces fameux rites juste pour voir, et ça m’a semblé à la fois pas si facile, mais très tentant. Pour les pratiquer correctement, il faut tout de même bien les mémoriser histoire de ne pas être collé à son ordi toutes les deux secondes pour vérifier quoi faire.  Je mets en bas de l’article le déroulement des 5 tibétains, que  je vous conseille d’imprimer et de punaiser au mur le temps de bien les connaître. Vous pouvez aussi investir dans un petit tapis de sol.

Apparemment, c'est le matin à jeun qu'il est préférable d'effectuer ces mouvements. Le soir, ça pourrait perturber  le sommeil. 

Au début, il est suffisant de faire ces rites trois fois chacun durant la première semaine, puis cinq fois durant la deuxième et ainsi de suite, en augmentant de 2 à chaque fois (pour garder un nombre impair de répétitions), jusqu'à 21 maxi. Mais on peut évidemment en faire moins.

Autre recommandation qui revient dans toutes les pages que j'ai visitées : la persévérance et la régularité. 5mn chaque matin valent mieux qu'un 1/4 d'heure 2 fois par semaine !

Il est très important de bien respirer durant les exercices, respiration lente et abdominale de préférence.

Attention à ne pas forcer : le Taï Chi m’a appris qu’il faut faire les choses à son rythme, sans se faire mal. Le corps peu à peu s’imprègne des mouvements et les assimile.     

Premier rite :     

Se tenir debout en tendant les bras horizontalement dans le prolongement des épaules, la paume gauche vers le sol et la droite vers le ciel. Puis, en gardant les yeux ouverts et en respirant librement, tourner sur soi dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à avoir une légère sensation de vertige.  Faire plusieurs tours complets.

Pour arrêter l'étourdissement après le premier rite, on peut mettre les mains sur les hanches, inspirer et souffler deux fois de suite en faisant un O avec la bouche (2 fois).  Je verrai si ça marche, parce que mes premiers essais m'ont laissée la tête à l'envers ! Au fur et à mesure qu'on pratique cet exercice, on peut augmenter le nombre de tours.        

Deuxième rite :

S'allonger sur le dos sur un tapis ou un petit matelas de gym. Placer les mains de chaque côté du corps, paumes à plat contre le sol, chaque main étant légèrement tournée en direction de l'autre. Sur l'inspiration, décoller la tête du sol pour aller toucher sa poitrine avec son menton, et en même temps, soulever les jambes tendues jusqu'à la verticale. Si c'est sifficile (j'ai essayé, je trouve que c'est difficile !), on peut légèrement plier les jambes. Ensuite, sur l'expiration, reposer la tête en arrière, et redescendre lentement les jambes tendues vers le sol. Se détendre quelques secondes puis recommencer.

Certains préconisent d'expirer en levant les jambes, et d'inspirer en les reposant. Je verrai à l'usage ce que je trouve le plus logique et confortable.

Le bas du dos doit absolument rester collé au sol pour éviter les douleurs lombaires.

Troisième rite :

Se mettre à genoux, les pieds tournés vers le sol et reposant sur les orteils, les mains placées à l'arrière des cuisses sous les fesses, la tête penchée en avant, en rapprochant le menton de la poitrine. Inspirer profondément en s'inclinant lentement le plus loin possible en arrière. Puis en expirant, se pencher de nouveau vers l'avant .  

Quatrième rite:

 

S'asseoir au sol avec les jambes tendues, placer les bras verticalement le long du corps , les en mains posées à plat par terre, et le menton incliné vers la poitrine. Sur l'insxpiration, glisser les fesses vers les talons et lever le corps en pliant les genoux de sorte que les jambes et le corps forment un pont (jambes à la verticales, corps et cuisses à l'horizontale). Laisser doucement la tête descendre en arrière. Sur l'expiration, revenir à la position assise.                      

Cinquième rite :

Couché au sol, placer les mains à plat à une distance d'environ 60 cm, et  tendre les jambes avec les pieds écartés également d'environ 60 cm, reposant sur les orteils, tête fléchie en arrière. Sur l'inspiration, lever les fesses aussi haut que possible en incliant le menton vers la poitrine. Puis sur l'expiration, laisser le corps redescendre doucement  en position de départ, en poussant la tête en arrière aussi loin que possible.     

Source: Centre Art & Energy Alice Siggen

http://www.art-energy.ch/5ti.html     

                                

 

Retrouvez nos autres rubriques ECOLO ici :

Repost 0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 05:57

En vrac, et y en a forcément que j'oublie (je commence tout juste à noter ce que je lis, il est temps ...), en avril, voilà ce que j'ai dévoré, savouré, relu, aimé ou pas trop. Je sais bien que ça fait beaucoup, mais j'vous jure que j'ai pas tout mis en plus ! Z'êtes pas obligé de lire si ça vous saoûle, mais je suis bien contente d'avoir fait cette première liste mensuelle.

 Trop bien :

L'ELEGANCE DU HERISSON

de Muriel Barbery (Ed. Gallimard, 2006)

Dans ce roman étrange alterne le récit d'une toute jeune fille très surdouée et éventuellement suicidaire, et d'une concierge rombière auto-didacte géniale. Toutes les deux, enfermées dans un immeuble rupin où l'hypocrisie côtoie la méchanceté, se cachent des autres, s'isolent, et finalement se mentent. Mais l'arrivée d'un troisième personnage tout aussi original va servir de révélateur et transformer leurs vies.

J'ai particulièrement aimé cet étonnant roman, d'abord effrayée par le côté un peu intello, puis conquise par l'écriture et les personnages tous extraordinaires. Originalité de la construction et des personnages, écriture élégante et récit magnifique : une merveilleuse découverte !

-----------

LES CINQ CONTEURS DE BAGDAD

scénario de Fabien Vehlman et dessin de Frantz Duchazaeu (Dargaud, 2006)

Ils sont cinq, et ils ont trois ans pour partir à l'aventure, et trouver le conte qui leur permettra de gagner le concours organisé par le Calife de Bagdad. Ils vont parcourir le monde, nourrir leur imagination d'histoires étranges et fantastiques, et même si leur destin est écrit, vont vivre chaque instant avec espoir et humanité.

Chacun de ces personnages a un caractère bien trempé. Ce récit se déroule comme une fable attachante et merveilleuse qui nous entraîne dans un Moyen-Orient enchanteur. Le dessin est superbe, tout en couleurs chaudes, et illustre les différentes moment de l'histoire, en donne à voir l'âme des personnages. J'ai adoré cette bande dessinée à la fois universelle et intimiste.

-----------

LES FEMMES QUI LISENT SONT DANGEREUSES

de Stefan Bollman et Laure Adler (Flammarion, 2006)

Ce livre richement illustré pose la question de la femme qui lit, la montre en train de lire, et donc de s'émanciper, et souligne combien de tous temps, les femmes se sont emparées de l'écrit. Depuis que la peinture existe en Occident, les femmes représentées un livre à la main sont étonnamment nombreuses, heureuses, mystérieuses ... Des peintures, quelques photos, avec une intro flamboyante d'Adler, et les commentaires amoureux de Bollman.

Un très très beau livre.  Tous ces portraits de femmes dégagent une sérénité langoureuse. Toutes ces liseuses épanouies et mystérieuses ... Miam ! On a envie de plonger tout entière dans ce livre pour pénétrer cette étrange communauté de dangereuses femelles ...

-----------

MANGEZ-MOI

d'Agnès Desarthe (Ed. de l'Olivier, 2006)

Itinéraire d'une enfant pas gâtée du tout ... Myriam refait sa vie et décide d'ouvrir un restaurant. Elle cache derrière ses recettes merveilleuses une vie chaotique à laquelle elle tente, seule, de redonner un sens.  Pleine de contradictions et d'espoirs, elle attire à elle des personnages hauts en couleurs ...

Ce merveilleux roman m'a un peu fait penser à Ensemble c'est tout d'Anna Gavalda, où des personnages un peu paumés se raccrochent les uns aux autres pour s'en sortir. Ici, cette même rage de renaître de ses cendres, avec une poésie du coeur et du corps merveilleuse. Les rêveries de Myriam nous entraînent sans fin dans un monde savoureux et angoissant à la fois.

-----------

NON NON BÂ

de Shigeru Mizuki (Cornélius, 2006)

Début des années 1930, dans une petite ville du Japon. NonNonBâ est une vieille dame mystique et superstitieuse qui accompagne le jeune Shigeru dans toutes ses découvertes et toutes ses peines, en lui enseignant les croyances et légendes populaires du coin. Elle nourrit l'imaginaire du garçon d'histoires de monstres et de fantômes. Les rêveries de Shigeru prennent vie dans les bandes dessinées qu'il crée.

De la philosophie, de la malice aussi. Un manga autobiographique merveilleux de sensibilité. Le jeune héros est hyper attachant, et cette nounou conteuse et merveilleuse. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage du père qui amène Shigéru à réfléchir par lui même, l'accompagne et lui laissant sa liberté. Extra ! 

-----------

 Distrayant :

Tokyo

TOKYO

de Mo Hayder (Presses de la cité, 2005)

Grey, une jeune anglaise au sombre passé, débarque à Tokyo à la recherche obsessionnelle d'un vieux film dont elle est seule, ou presque, à croire en l'existence. Ce film est sensé prouver que des atrocités ont été commises par l'armée japonaise lors de l'invasion de la Chine en 1937. Elle tente de persuader le vieux professeur Shi Chongming de lui remettre ce document. Sans ressources dans cette ville inconnue, Grey accepte de travailler dans un bar à hôtesses, et approche le milieu de la mafia japonaise. Les Yakusas détiennent-ils l'explication des événements survenus dans le passé ?

Le récit à deux voix met en parallèle ces deux personnages qu'a priori tout sépare. Une atmosphère glauque et terrifiante, des allers-et-retours dans le passé, une héroïne complexe et presque perverse : on ne s'ennuie pas une seconde dans ce thriller oppressant et violent ! 

-----------

COURTNEY CRUMRIN (1-3)

de Ted Naifeh (Akileos, 2004-2005)

Courtney Crumrin déménage, et part habiter avec ses parents dans la maison lugubre de leur très riche oncle, le Professeur Aloysieus Crumrin. Dans cet immense manoir victorien, la sinistre réputation de l'oncle de semble pas usurpée : des créatures étranges, "les Choses de la Nuit", approchent Courtney, qui se découvre finalement avec elles certaines affinités. Et puis l'oncle Aloysius veille sur sa nièce ...

Une série de 3 bandes dessinées en noir et blanc que l'on a dévorées, Superpapa et moi. L'ambiance mystérieuse et inquiétante est servie par un super scénario, et des dessins expressifs et sobres. On est plongés dans la sorcellerie, avec des potions magiques, des personnages étonnants, et une jeune héroïne qui a tout de la petite peste !

-----------

STAIRWAY TO HEAVEN (1-2)

de Makoto Kobayashi (Pika, 2005)

Lors de sa mort, à 92 ans, la doctoresse Chiya Minakami a consacré tout son temps à soigner et aider les gens. Elle ne ne s'est jamais mariée. En arrivant au Purgatoire, Dieu la punit de sa virginité, considérant qu'elle n'a pas reçu suffisamment d'amour. Il l'envoie au "Chichon Manchi", l'enfer du désir, pour qu'elle connaissent enfin l'amour physique. A cette seule condition elle pourra accéder au paradis. Mais Chiya n'est pas vraiment partante ...

Bon, oui, c'est bien de cela qu'il s'agit : un manga érotique ! Yes ... Le récit est entièrement basé sur le sexe, mais jamais pornographique. C'est une sorte d'irrésistible et drôlissime tentative pour échapper à la tentation de la chair.  Evidemment le scénario peut surprendre  (la virginté est un défaut), et les soit-disant punitions des damnés font plutôt envie ! L'auteur s'amuse, et le lecteur aussi : ça peut pas faire de mal !

-----------

König : La Capote qui tue

LA CAPOTE QUI TUE / LE RETOUR DE LA CAPOTE QUI TUE

de Ralf König (Glénat, 1999)

Luigi Mécaroni est inspecteur à la brigade des moeurs de New York. Il doit enquêter sur un cas assez spécial : des particuliers se sont fait trancher le sexe dans un hôtel de passes, et apparemment, il y aurait une féroce capote dans le coup ...

Une BD qui, sur fond d'enquête policière fantastico-gay, aborde pas mal de sujets de société. Je ne suis pas fan du dessin à la Brétécher, mais j'ai aimé l'humour et le personnage du flic-homo-gros-dur-à-qui-on-ne-la-raconte-pas ... Sous le ton de la comédie policière délirante, ces deux récits utilisent le rire pour stigmatiser l'intolérance et les idées préconçues.

-----------

Intéressant :

L’InvitéL'INVITE

de Hwang Sok-Yong (Zulma, 2004)

Un pasteur coréen protestant, émigré aux États-Unis, part en Corée, en quête d'une impossible réconcilitation avec son pays, et avec ses compatriotes communistes, que son frère a pourchassés et massacrés.
Morts et vivants dialoguent dans ce récit magique, qui met en lumière tous les non-dits, toutes les haines et les souffrances. L
es fantômes de l'Histoire s'invitent dans la vie du Pasteur, racontent, accusent, pardonnent.

Hwang Sok-yong est un écrivain sud-coréen. Ce roman a comme trame historique la division de la Corée. L'auteur redonne voix aux morts dans un récit magique et halluciné. Il écrit un roman polyphonique construit autour d’un rite chamanique qui sert à apaiser les âmes des morts.  C'est évidemment bouleversant, et l'écriture est extrêmement belle.

-----------

ORIGENES, Charles-Claude Mollard

ORIGENES

de Claude-Charles Mollard (Cercle d'art, 2006)

Ce livre est consacré au travail de Claude-Charles Mollard, et accompagné d'un texte de Christine Buci Glucksmann, philosophe et critique d’art. Ces photographies montrent des visages monstrueusement humains, cachés dans la nervure d'un arbre ou la matière brute d'une roche minérale. C'est cette matière qui fascine l'artiste, qui nous invite à l'explorer à notre tour.

On est plongé tout entier dans l'étrangeté d'une nature étonnamment humaine, et magnifiquement redécouverte. Je n'ai pas eu la chance de voir cette exposition "en vrai", mais le livre est un petit bijou.

-----------

Chuis pas fan de :

PETITS SUICIDES ENTRE AMIS

d'Arto Paasilinna (Denoël, 2003)

Onni Rellonen, petit entrepreneur raté, décide de mettre fin à ses jours. Le hasard le fait échouer dans une cabane où un autre homme, le colonel Hermanni Kemppainen, s'apprête également à se tuer. Les deux hommes tombent dans les bras l'un de l'autre, et décident de fonder une association pour rassembler des candidats au suicide, et faire ensemble le grand saut. C'est le début d'un road-movie délirant à travers la Finlande, avec plusieurs dizaines de candidats-suicidaires de tous poils.

Ce récit pourrait être tragique, mais le propos de Paasilinna est d'aborder le sujet avec un humour noir décapant. Le périple rocambolesque se transforme rapidement en une folle quête existentielle. C'est à la fois absurde et drôle, mais j'ai fini par me lasser de cette histoire : on ne s'attache pas suffisamment aux personnages, l'histoire se répète et ennuie un peu. Je l'ai pourtant lu d'une traite, mais il m'a laissé sur ma faim !

-----------

LE PARFUM D'ADAM

de Jean-Christophe Rufin (Flammarion, 2007)

Juliette, jeune française exaltée et limite déséquilibrée, est embrigadée par une association écologiste radicale. Envoyée en Pologne, elle libère les animaux d’un laboratoire et s’empare d’une version mutante du virus du choléra. Elle se retrouve mêlée à un complot terroriste d’une envergure mondiale, qui vise à éliminer l’être humain des régions pauvres et surpeuplées (thèse radicale de l’homme comme être nuisible à supprimer pour protéger la planète). Deux anciens espions de la CIA reprennent du service via une agence privée et tentent de déjouer le complot en mettant à jour les arcanes de ce groupe de terroristes verts.

Ce thriller écolo nous plonge au cœur de thèses écologistes radicales dont on ne soupçonne même pas l’existence, qui constituent selon le FBI la deuxième source de terrorisme mondial ... Une intrigue bien ficelée, mais j’ai tout de même trouvé ce thriller manquait un peu de l’intensité et des rebondissements propres au genre, avec une écriture souvent plate, et certaines descriptions un peu longues, encombrées d’informations. Par ailleurs, ce livre m’a mise mal à l’aise, car face à ces théories extrémistes le lecteur se retrouve assez seul. Bref, un bon moment de lecture très instructif, mais une certaine déception aussi, au vu des critiques excellentes lues sur ce livre.

 

Repost 0
Published by Supermama - dans Au fil des pages
commenter cet article
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 12:48

Patate chaude à la con transmise par Marietoune, qui se l'était déjà faite refiler par quelqu'un d'autre :

Tes parents avaient une voiture ? C'était quoi la voiture de tes parents ?

TU LA FAIS PAS T'ES MAUDIT DE TA RACE JUSQU'A 18 HEURES 30. AU MOINS.

Je merde les patates chaudes, j'ai même pas peur d'être maudite d'abord, et pisque c'est comme ça je la fais quand même !!!

Mes parents ils avaient une POIRE violette !

 

Ouais, une poire, c'est le petit nom affecteux pour les vieilles R14 pourrites.

J'ai des supers souvenirs dans cette voiture, quand on partait en vacances chez mon pépé et ma mémé à Raincourt. Mes parents nous réveillaient vers 4h du matin, on se levait comme des flèches, trop contents. Et ils nous installaient dans la voiture déjà chargée à bloc pour qu'on puisse dormir pendant les 5 heures de route (pour faire 350 km ...). Ben oui, notre poire, elle battait pas des record de vitesse, pis y avait pas l'autoroute à l'époque pour aller chez ma mémé. Maintenant, on met 3h15 !

Bref, mon petit frère s'allongeait à l'arrière, et ma petite soeur et moi, on se mettait ... DANS LE COFFRE ! J'vous jure, c'était trop bien. On avait tout le coffre pour nous, avec nos oreillers et une couverture. C'était un coffre avec haillon (comment ça s'écrit ?), mon père enlevait l'espèce de couvercle, et on était comme dans un petit lit. Je me souviens super bien des lumières que je regardais défiler, les spots orangers des lampadaires le long de la route. Un peu comme si j'avais compté les moutons.

Et sinon, quand on vomissait, mon papa il ne s'arrêtait même pas. Ni pour faire pipi non plus. On vomissait dans un sac, c'était trop bien ...

Ah oui, pis aussi, quand on rentrait de la campagne, nos oreillers ils puaient la bouze de vache et l'odeur de la voiture, trop bien aussi ...

Je transmets cette super chaîne aux bloggeurs qui veulent, j'ai pitié, je ne cite pas de nom !

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Blagounettes
commenter cet article
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 21:46

En ce moment, je suis prise dans une "frénésie-popotte" incroyable !

En fait, j'aime beaucoup la nouveauté, et comme j'ai totalement supprimé (ou presque) la viande de nos repas du soir, je suis plongée dans les livres de cuisine végétarienne, et je découvre plein de recettes sympas. Je teste, je modifie, je doute ... Dans certains livres, je ne trouve qu'une ou deux recettes sur 100 qui me semblent à la fois faisables et pas trop extravagantes. Il y a souvent des ingrédients introuvables, des produits rares.

Du coup, je me constitue mon propre livre idéal de cuisine végétarienne, avec ce que j'ai testé, ce qui était bon, ou simple, ou les deux. En travaillant à plein temps, il me faut des recettes de base, même si je me lache le WE pour faire des choses plus tarabiscotées. L'idée d'un autre blog me titille, ou je ne mettrais que ça, pour ne pas vous saoûler ici. Je ne sais pas trop ...

Dans les derniers essais très sympas ces derniers jours, j'ai fait des soufflés aux épinards (frais), des samossas aux légumes, des beignets de courgette avec une sauce à la menthe. C'était à chaque fois savoureux.

J'ai retrouvé le goût de cuisiner en faisant toutes ces explorations et autres découvertes inattendues. Fini le train-train du soir avec les mêmes plats qui reviennent invariablement. Ces derniers temps, on ne mange pas deux fois pareil ! ;o)

Les enfants ne sont pas toujours conquis, mais je ne fais pas de menu de secours. Au pire, je sors du pain et du fromage pour les caler ! (oui, je sais, mère indigne). En fait, Amélien est le plus enthousiaste à chaque fois. Il est gourmand et pas encore trop formaté au niveau du goût.

Pour finir, un intérêt indéniable à réduire notablement la viande de nos repas : les économies ! La viande coûte très cher, et à quantité égale, même des légumes bio ou de qualité permettent des économies certaines. Je ne parle même pas de ce que nécessite en eau un bout de viande à produire, ou des conditions dans lesquelles on élève et tue les animaux ...

Je ne regrette pas une seconde d'avoir, au début, supporté sans ciller les doutes et les sarcasmes de Superpapa : parce qu'il ne peut pas s'en cacher, il se régale, et me parle du plaisir de la découverte gastronomique face à mes inventions et explorations de toutes sortes !

Et ça c'est cool ...

Repost 0
Published by Supermama - dans Popotte
commenter cet article
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 05:52

L'autre soir, envie de faire un truc original et qu'on adore quand on le mange au resto, j'ai testé ... les rouleaux de printemps faits maison !

J'ai trouvé ça facile, savoureux et très agréable à manger quand il fait chaud.

Voilà la recette que j'ai en gros suivi (en vrai, proportions au pif chez moi, mais je mets celles de la recette) :

INGREDIENTS

- 150g de vermicelles de riz
- crêpes de riz (à trouver dans les épiceries chinoises ou aux rayons exotiques des grandes surfaces)
- grosses crevettes cuites décortiquées et coupées en 2 dans le sens de la longueur (autant de crevettes que vous voulez faire de rouleaux de printemps.
- 150g de germes de soja
- 2 carottes à râper aussi gros que possible
- quelques feuilles de menthe et de coriandre fraîches à hacher menu
- jambon blanc (2 tranches finement coupées en petites lanières)


Casser les vermicelles dans une casserole d'eau bouillante, couvrir et laisser tremper hors du feu pendant 10 minutes. Les égoutter, et les passer sous l'eau froide pour les refroidir. Ebouillanter une minute les germes de soja et les passer ensuite sous l'eau glacée.

Au choix : soit mélanger dans un saladier la préparation à mettre dans les crêpes de riz (vermicelle, soja, lanières de jambon, herbes hachées, carottes râpées), soit poser les ingrédient dans la crêpe au fur et à mesure.

Tremper une crêpe de riz dans un récipient rempli d'eau chaude pendant 30 secondes, jusqu'à ce que la pâte ramollisse. Il faut que vous puissiez facilement la plier et la rouler.

Mettre un linge propre sur votre plan de travail, et poser votre crêpe dessus (essuyez là au besoin avec votre linge pour qu'elle ne soit pas détrempée).

Mettre deux moitiés de crevettes sur le tiers inférieur de la galette ramollie et recouvrir de la garniture.
Rabattre le bord inférieur de la crêpe sur le boudin formé par la garniture, puis rabattre les petits côtés à droite et à gauche. Tout en maintenant la garniture en place, rouler la crêpe vers le haut. Essayer de tasser : les premiers essais sont hasardeux, mais on prend rapidement la main. Et puis mes premiers essais, je les ai mangés au fur et à mesure, donc il ne restait que les chef-d'oeuvre !!!

Disposer les rouleaux ainsi obtenus sur un plat. Recouvrir d'un torchon humide ou de film alimentaire jusqu'au moment de servir.

Servir pour tremper dans une sauce au nuoc mam ou un mélange tout fait pour les nems.

Une recette de sauce trouvée sur le net :
Mélanger 125 ml d'eau avec les ingrédients suivants : 185 ml de nuoc-mâm, 60 ml de jus de citron, 2 cuillères à soupe de sucre de canne, 1 pincée de piment en poudre. Remuer jusqu'à ce que le sucre soit dissous, puis verser dans des coupelles. Sinon, réserver au frais avec les rouleaux de printemps en attendant de servir.

Dans certaines recettes, ils mettent des petits morceaux de cacahouette dans la garniture : j'essaierai la prochaine fois, en supprimant les allumettes de jambon pour voir (j'avais pris du jambon bio, mais comme j'essaie d'éviter la viande en particulier le soir, c'était quand même de la triche !).

Bref, c'était trop trop bon !

Repost 0
Published by Les Superzhéros - dans Popotte
commenter cet article