Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:35

Il aura fallu un livre pour me redonner l'envie de poster par ici, longuement, tranquillement.

L'occasion d'un après-midi finalement plus calme que prévu, avec 3 rendez-vous médicaux différents dans trois lieux différents, mais tout s'étant bien goupillé, un petit break pour finir mon livre et un moment délibérément volé pour en parler, pour parler tout court d'ailleurs.

Parler pour ne rien dire de spécial, pourquoi pas après-tout ! Qui m'aime me lise ... ou pas ...

Pffffffiouuuuuu, quel livre donc, drôlement longtemps que, malgré mes nombreuses lectures dont je ne prenais plus le temps de vous parler non plus, drôlement longtemps que je n'avais pas été à ce point terrassée et habitée par un livre.

J'en ai lu récemment des chouettes, des forts, des drôles, des farfelus. De Cet été là de Véronique Olmi, à mi-chemin entre un livre d'Olivier Adam et Les petits mouchoirs de Guillaume Canet, ou encore l'histoire du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson, récit loufoque à la Paaslinna et chronique d'un siècle encore plus fou, ou enfin le bouleversant roman de Kathryn Stockett, La couleur des sentiments, d'une humanité et d'une émotion rares.

Mais là ... Comment dire ... On est un cran au-dessus. On ne sait pas pourquoi, comment, mais on le sent, on le sait, on est face à quelque chose, un de ces livres qui laisse une trace indélébile. Un de ces livres auxquels on croit, un de ces personnages dont on ne doute pas un seul instant de l'existence vraie, parce que c'est pas possible autrement. Parce que l'imagination d'un homme ne peut pas inventer pareil récit avec pareil talent. Ou plutôt si, elle le peut, et ça, ça terrasse un lecteur ! Se dire qu'on peut être capable de sortir une telle histoire de ses tripes, de ses méninges, ça me rend malade de jalousie et de bonheur à la fois !

La-ballade-de-gueule-tranchee.jpg

"La ballade de gueule-tranchée" ... Rien que ça, quel titre non ? On sait qu'on va partir dès les premiers mots, on y est déjà ... Qui c'est ce bonhomme, ce "gueule-tranchée", et elle a quoi sa gueule de si extraordinaire ? Et on sait bien que ça sera pas juste une ballade, ça sera pas une simple partie de plaisir, non, on le sent bien, qu'on va s'en prendre plein la gueule, tranchée ou pas !

C'est toute sa vie qui défile sous nos yeux, et s'incruste dans nos pores comme une sale odeur, une odeur de vie et de mort, une odeur d'amour et de violence, doucereuse et nauséabonde à la fois.

Ce gamin que sa mère maudit et jette à l'eau, repéché par une bonne âme et élevé avec des leçons de vie qui sauvent autant qu'elles bouleversent. Ce pauvre diable qui s'en prend plein la tronche autant qu'il dérouille les autres, mais pas trop quand même, juste ceux qui vraiment vraiment l'ont mérité ... Ce personnage picaresque (?), romanesque (?), si vrai en tous cas. On a l'impression d'assister au lent développement d'une photo aux multiples détails, d'une histoire qu'on scrute à la loupe, et qui pourtant semble se dérouler le pied sur le champignon, irrésistible, une destinée impossible à détourner, à éviter. Un buldozer de vie et de fatalité, jamais geignard, jamais larmoyant, toujours terriblement acéré.

Ce gamin donc, qui va grandir, en cachant sa trogne qui pue, des dents pourries qui lui pourrissent la vie, et qui fondent sa détermination en même temps. Un mauvais sort que Gueule-tranchée fait sien. Et il grandit, traverse le siècle, le 20ème, dans une région riche et hostile à la fois. En traversant le siècle, il croise conflits et bouleversements sociaux, culturels, politiques. Il accumule crimes et amours. Il apprend le poids, le pouvoir et l'inanité des mots, des écrits.

Et ce faisant, il nous en apprend long aussi, il ne nous apprend rien et il nous apprend tout.

Bon, allez, si ça se trouve, dans 15 jours, je l'aurai oublié ce livre ... Ou pas ... Non, peut-être pas ... Sûrement pas ...

On verra !

Et sinon, comment va ?

Là, je devrais commencer un nouvel article, mais pas envie, c'est la vie, la mienne, qui utilise les mots pour mêler le réel et la fiction. Rapido ou en détail ? Pfffffff, la flemme revient bizarrement, est-ce qu'une vie, nouvelle ou pas, peut se résumer en quelques lignes télégraphiques façon "j'te donne de mes nouvelles parce que j'ai mauvaise conscience de ne plus prendre le temps d'en donner" ?

Globalement, ça va bien pour nous : on continue nos galères assuranço-judiciaires, c'est long, trop long, et on se sent englués, prisonniers, obligés de nous maintenir dans une vigilance agressive pour être sûrs de ne pas nous faire entourlouper. C'est pénible et en même temps tellement anodin au regard des drames que beaucoup traversent, y compris dans notre entourage. Un peu de légèreté ne nuirait pas donc, mais si parfois ça semble évident, c'est plus difficile certains jours sombres et fatigués, se battre encore et encore, pour faire comprendre que "non, c'est pas juste" !

Les enfants sont en forme, Miss Apolline continue de cogiter sévère sur le fait qu'elle a frôlé la mort en compagnie de son papa et de sa petite soeur, mais on est désormais aidés dans ce long cheminement interne qui doit la mener à une cicatrisation, avec cicatrice donc, mais moins de douleur ou de violence. Isaure grandit, change, surprend, fatigue, réjouit, pleine de vie et de détermination et de tête de pioche ! Théophane est dans un entre-deux, encore très dans l'enfance, mais on sent bien que bientôt, une page va se tourner, paisiblement pour le moment. C'est beau et chouette et joyeux et étrange de sentir venir cette transformation. Amélien est lui aussi dans une période où il doit choisir entre le monde de la petite enfance, celui de sa petite soeur, et celui d'une certaine autonomie. Il hésite encore, va et vient, avec de moins en moins de colère ou de frustration, avec plus de compréhension visiblement, moins de craintes peut-être, sur ce qu'il pourrait y perdre ou y gagner. Je suis tous ces changements avec intérêt et surprise et émerveillement et désappointement. C'est très étrange.

Et les parents ? Compliqué et simple à la fois. La recherche d'emploi dans notre nouvelle région nous a réservé une drôle de surprise, puisque que c'est finalement Supermama qui a trouvé, presque par hasard, presque sans le vouloir, un poste dans ses cordes, même si pas du tout adapté à une vie épanouie de maman de 4 enfants. Du coup, c'est le papa qui, après avoir enfin quitté la région parisienne, assure (quand il le veut bien) une partie de l'intendance domestique au quotidien.

Là encore, drôle de sentiment ambigü, avec la joie de le voir cesser ces fichus allers-et-retours, et le crève-coeur pour moi de quitter cet "hors-du-temps" professionnel qui me convenait drôlement, que je n'étais pas prête du tout à abandonner si vite, si tôt.

Notre maison et notre jardin et notre vie continuent de se transformer, de s'embellir, s'enrichissant mutuellement, nous ravissant même si la fatigue se fait souvent sentir. On est quand même tellement souvent dans la satisfaction et la récolte des fruits semés que c'est bon à vivre, tout ça ...

Prendrais-je le temps de vous en dire et montrer plus, en détail ?

Qui vivra verra ...

Sourire réjoui et paisible vers vous tous !

Repost 0
Published by Supermama - dans Supermama s'enflamme
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 20:39

juste pour éviter cette fichue pub automatique ...

pis aussi pour dire que non non non, on n'a pas disparu de la civilisation, juste pas le temps et pas trop envie ...

mais que ça va bien, qu'on reviendra sûrement bientôt, enfin peut-être ...

baisers et pensées

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 12:36

Pfff, ça fait un bon moment que je me secoue pour publier à nouveau quelque chose de potable, et même si le temps n'est pas au jardinage, j'avais très envie de partager ce chouette projet de spirale, que nous avons mis en place dans notre jardin quelques semaines après notre déménagement, en juin 2010.

Comme d'habitude quand l'envie me prend, c'était tout sauf le moment de jardiner, et en même temps le moment idéal : on saturait des travaux, on avait besoin de faire quelque chose de joli, de prendre l'air, et d'avancer dans le défrichage/aménagement de notre gigantesque terrain ;-).

Et comme d'habitude là aussi, sans rechigner, Superpapa a été de la partie, malgré l'idée un peu étrange que je lui soumettais : fabriquer une spirale aromatique, également appellée spirale à insectes, pour y loger nos plantes aromatiques et autres fleurs mellifères (appréciées par les abeilles). Je n'ai évidemment pas eu l'idée toute seule, c'est chez "la grande Raffa" que j'ai vu la première fois ce joli petit coin de jardin tournicotant : Article de Raffa sur la Spirale aromatique

En bref, il s'agit d'un petit parterre surélevé, construit comme une spirale, dans lequel on place et oriente les plantes aromatiques de façon à leur procurer la quantité idéale de soleil/eau.

Après potassage ardidon du sujet, et lecture des différents articles qui lui sont consacrés, j'ai donc dessiné au sol notre future spirale, fait un plan grossier de ce que j'allais y mettre, et nous voilà partis pour acheter des pavés pour en construire la structure. On aurait pu utiliser des pierres, mais celles que nous avons sont destinées à remonter un des murs du jardin, et à fabriquer un petit chemin (travaux été 2011 s'il y a des volontaires ! ...). Donc on a opté pour les pavés, en quantité puisque notre spirale fait pas loin de 2 mètres de diamètre.

En juin 2010 donc, Superpapa a fauché ce petit coin du jardin, déblayé et retourné la terre, puis aplati la zone, et c'est parti pour le jeu de construction !

Spirale aromatique blog 001

Après plusieurs heures de labeur où il m'a fallu dépacer 3 tonnes de pavés et les placer minutieusement un à un, j'ai rempli rempli la fond de la spirale de vieilles tuiles que nous avons cassées en morceaux pour bien drainer le bestio, et de terre du jardin que Superpapa a bien voulu me récupérer en creusant un gros trou dans un coin du jardin. Puis j'y ai planté les plantes ramenées de notre ancien jardin (de la lavande, des jolies plantes du voisin que le vent à transporté et fait pousser chez nous, notre vieille sauge toute pleine de vieux bois mort, du thym, du romarin, notre ciboulette fatiguée du voyage, du basilic, de l'estragon, du persil, notre vieille menthe maigrichonne et x fois rempotée/déplacée, de la verveine citronnée piquée à mon papa).

Quelques semaines plus tard, en juillet 2010, la spirale avait déjà incroyablement changé, et les plantes nous disaient combien elles étaient ravies :

Spirale aromatique blog 002

Vous remarquerez au centre les belles fleurs roses du voisin que j'ai récupérées ça et là dans l'herbe, replantées, et qui ont triplé de volume (je n'ai aucune idée de leur nom, alors si quelqu'un sait ...). Notre vieille sauge n'a jamais été aussi belle ni touffue, tout à poussé et s'est étalé. Les seules sacrifiées, les campanules totalement dévorées par les limaces, malgré tous nos efforts, mais nous avons fini par nous faire une raison : tout le reste étant épargné par les gourmandes déjà repues. Un petit abreuvoir pour les oiseaux s'est installé dans ce petit jardin odorant, et j'ai acheté des petites ardoises sur lesquelles notre Amélien a écrit consciencieusement le nom de chaque plante aromatique.

Spirale aromatique blog 003

L'été a passé, et notre plaisir toujours plus grand en voyant ce merveilleux petit endroit se développer. J'y ai ajouté des nouvelles plantes ramenées de chez mes parents, entre autres de l'aneth devenu gigantesque à la fin de l'automne. J'ai aussi mis un pailli de lin à la fois pour limiter l'arrosage et la pousse des herbes folles (terre du jardin oblige).

Voici notre spirale en septembre 2010 :

Spirale aromatique blog 004 Quelques nouvelles venues, comme la bourrache, découverte ça et là dans notre jardin par l'ami Toune venu nous rendre visite en juillet. Après avoir peu apprécié leur déplacement, les différents pieds replantés se sont développés avec autant de vigeur que le reste :

Spirale aromatique blog 006

Quel plaisir à chaque moment passé à la bichonner ...

Spirale aromatique blog 005

L'hiver et là, et j'espère qu'au printemps, la spirale aura supporté les longs mois passés sous la neige. On verra, on va apprendre mois après mois ce qui va bien, et ce qu'il faut éviter, mais pour le moment, ça a vraiment été un bonheur partagé par toute la famille !

Spirale aromatique blog 007

Merci Raffa !

Fiche technique sur ON PEUT LE FAIRE.COM

Repost 0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 19:06

Voeux 2011 blog

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 06:00

Cette année, pas très inspirés au départ, on a quand même fait un calendrier qui nous plait bien, bidouillé tous ensemble (même Superpapa s'y est mis), et suspendu avec des fils de laine.

Du carton donc, des rectangles pliés en jolis berlingots en suivant le tuto trouvé ici, et des chiffres découpés dans du carton, puis décopatchés (recouvert de joli papier tout fin qu'on colle par petits bouts).

2010_12_01-Calendrier-avent-1.jpg

Un peu de rafia, d'imagination, et voilà :

2010_12_01-Calendrier-avent-2.jpg

Le grand changement cette année, c'est qu'on a fait alterner les friandises avec des petits messages proposant une activité sympa à faire tous ensemble, soit une création autour de Noël, soit un moment festif ou gourmand en famille (la fabrication des photophores le premier jour, des flocons découpés sur les vitres, la décoration du sapin, une soirée ciné/pop-corn, un goûter cookies/milk-shake, ...).

Et au bout de quelques jours déjà, les enfants sont presque déçus quand ils n'y a "qu'un bonbon" au programme ! C'est vachement chouette !

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 18:47

C'est la Saint Lulu aujourd'hui, et c'est l'occasion d'allumer nos jolis photophores fabriqués le premier jour de l'Avent avec les loulous.

Une petite activité pour se mettre dans l'ambiance qui nous a drôlement plu. Chacun a fait ce qu'il lui plaisait, sans s'occuper des autres, et pourtant, le résultat est super chouette, une fois les photophores tous allumés !

Mode d'emploi : des feuilles de papier canson coupé en 2 pour en faire de longs rectangles, de l'encre, et des pinceaux/pipettes/pailles/cures-dents (Apolline a encore une fois eu tout plein d'idées extras).

2010_12_01-Photophores-1.jpg

On a peint comme on le sentait, puis laissé sécher, puis huilé (huile de tournesol toute bête) pour rendre le papier translucide, puis agrafé et posé autour d'un modeste pot de yaourt en verre, muni d'une petite bougie chauffe plat.

Les enfants ont fait chacun selon son envie, et étaient tous babas devant le résultat une fois les bougies allumés : c'était magique !

2010_12_01-Photophores-2.jpgDrôlement facile, et drôlement sympatoche aussi, non ?

Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 14:21

Plutôt mieux, même si nos emmerdes administrativo-assuranço-juridiques ne font que commencer ... La gendarmerie a un délai de 3 mois pour rédiger le constat lié à l'accident (puisqu'il y a eu des blessés), et ensuite doit le transmettre au tribunal (qui a 6 mois de retard dans le traitement des dossiers), tribunal qui transmet enfin aux assureurs, leur permettant de nous dédouaner officiellement de tout tord, et de mettre en route les procédures d'indemnisations. Et en attendant, ON SE DEMERDE !!! Pas de voiture, droit à rien (à part quelques heures de ménage, et franchement, c'est vraiment pas de ça dont on a besoin ...). Bref, ça va être très très long avant qu'on puisse remplacer notre voiture, sans compter les mille et un courriers, et la guerre avec l'expert qui ne nous propose que des clopinettes. Et on a la rage : n'avoir aucun tord, et du jour au lendemain, affronter les blessures au corps et à l'âme, et les galères de fric, ça use !

M'enfin vos messages solidaires et pleins de bonnes ondes nous ont bien réconfortés, et on vous dit merci du fond du coeur.

Notre grande Apolline manie le fauteuil roulant comme une chef, et cette quatrième semaine de convalescence est pleine de promesses, puisqu'elle se familiarise avec les béquilles, ce qui signifie aussi un quotidien un peu facilité pour nous tous. Les contrôles à l'hôpital sont satisfaisants, le prochain dans une semaine, pour nous confirmer que ses fractures sont en bonne voie (de disparition), et qu'elle retrouvera à terme toutes ses facultés motrices, sans aucune séquelle on l'espère.

Et puis, LA NEIGE EST LA ! Et c'est que du bonheur ...

2010_11_26-Apolline-fait-une-ballade.jpg

Petite ballade pour compenser la frustration de ne pas jouer avec les autres ...

2010_11_29-Hiver-vosgien-1.jpgLuge, luge, et reluge !

Et Django, notre beau chat des neiges, totalement acclimaté au climat vosgien !

Et puis le chouette bonhomme de neige d'Apolline ...

2010_11_29-Isaure-blog-copie-1.jpg

Et enfin, pépette Isaure coquinette ...

 

Des pensées vers vous tous, et merci particulier aux "anonymes" d'avoir pris le temps de se dévoiler pour nous laisser ces petits mots doux.

Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 19:11

La rage …
Oui, comme enragés, hors de nous, fous de colère contre cet homme …
J’en tremble encore, le cœur qui bat fort et les mains qui s’accrochent un quelque chose de stable, de fort, de solide.
Il est venu tout à l’heure, à la maison, demander des nouvelles de nos filles … Cet homme, ce meurtrier en puissance.
Lui qui a catapulté notre monospace il y a 6 jours de ça, envoyant dans le décor Superpapa et nos deux filles.
Deux jours d’hôpital pour la petite Isaure, qui s’en tire bien, contrairement à ce que son visage en sang des premières heures laissait paraître.
Le corps tout moulu et le cœur en vrac, pour Superpapa, qui ne parvient pas à éteindre les hurlements de ses filles dans ses oreilles, la terreur du choc, de l’enfermement dans la voiture alors que la fumée envahit peu à peu l’habitacle.
Et une collection de fractures pour notre pauvre Apolline, le bassin tout fracassé, des bleus énormes, et des cauchemars nuit après nuit. Elle a eu le droit de faire sa longue convalescence à la maison, et après Noël, devrait quitter son lit, puis son fauteuil roulant, pour à nouveau aller vadrouiller dans les champs avec ses copines.
Colère, colère contre lui, sa vitesse, son inconscience, sa stupidité. La seule chose qui le sépare du meurtre, c’est notre bon sens et une bonne étoile malgré tout, nous qui avions soigneusement attaché nos filles, la voiture équipée en air-bags, grosse et lourde, mais malgré ça totalement détruite ! Face à une petite voiture sportive toute customisée à la sauce kéké, face à un petit jeune homme à la casquette à l’envers …
Il est venu, il a eu le courage un peu fou de se présenter devant notre porte … Nous l’avons reçu à la mesure de notre peine, de notre colère, à la mesure ce qui aurait pu arriver. J’aurais pu les perdre tous les trois, mes filles et mon homme. Leur vie terminée dans ce froissement de tôle, claquement de doigt et tout s’arrête. Il faudra qu’il comprenne, qu’il prenne la mesure de ce qu’il a fait, ce qu’il aurait pu faire. Nous ne lui faciliterons pas la tâche, ce n’est pas notre rôle. Et même si dès son départ sous nos cris, nous avons eu le cœur tout retourné, pas question de lui laisser voir notre émotion.
Plus tard peut-être, quand il aura payé son dû auprès de la justice.
Après ça, on se sent si fragile, la vie si puissante ne tient tout à coup plus qu’à un fil. Les larmes montent toutes seules, la joie aussi balaie tout. Etre ensemble alors qu’on aurait pu tout perdre, être en vie, même tout cassés, en vie !
On devrait se sentir heureux, sentir combien la vie est précieuse, on le sait pourtant. Mais en prendre conscience si durement … C’est tout à coup bien difficile d’en profiter sereinement …
A chaque jour suffit sa peine, ça ira mieux demain, en attendant, démarches, corvées de papiers, cœurs à réconforter et plaies à panser, et la vie qui continue …

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 10:55

2010_11_05-2-ans-Isaure.jpg(clic clic pour le récit ...)

Repost 0
Published by Supermama - dans Princesse Isaure
commenter cet article
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 18:43

Derniers petits bricolages des vacances, toujours aussi "monstrueuses", ces trois monstres en feutrine, fabriqués en suivant scrupuleusement des patrons rigolos.

2010_11_03-Fabrication-des-doudous.jpg

Théophane m'a carrément épaté : il a d'abord refusé de participer, trouvant que c'était "pour les bébés". Puis alléché par la vision des petites créatures en cours de fabrication chez son frère et sa soeur, il est venu me chouiner dans les basques pour en faire un lui-aussi ! Et quand je dis lui-aussi, c'est lui tout seul : il a décalqué le patron, coupé tous les morceaux de feutrine nécessaires, brodé les dents, cousu les différentes parties du corps, collé le reste. J'ai été bluffée !

Apolline a elle-aussi fait une grosse part du travail, décalqué, découpé la feutrine, collé ce qui devait l'être, tandis que je lui ai fait la partie coûture.

Quant à Amélien, il a eu plus de mal, mais a participé aussi, en faisant quelques découpes, et en me coachant avec beaucoup d'attention.

Le résultat, trois grand(e)s dadet(e)s ravi(e)s !

J'ai drôlement apprécié l'ambiance de ces vacances : rythme ralenti, jeux de société, tout plein de créations avec les enfants, et de bricolage avec Superpapa, pas beaucoup de ménage. L'impression d'assouvir des envies, sans les contraintes du temps scolaire, ou du quotidien.

Bref, je suis toute triste de devoir freiner tout ça, mais résolue à bricoler plus régulièrement avec les enfants, pour préparer dignement l'arrivée des fêtes hivernales. Mais du coup, je passe un temps fou à surfer, bavant d'envie devant les merveilleuses créations de bloggueuses surdouées ...

Et gérer tout ça avec Isaure, qui veut participer, mais ne peut pas toujours, en tentant d'équilibrer le temps passé avec les grands et celui consacré à la petite princesse ... Pas toujours facile de concilier les envies des uns et des autres !

Je dois garder ça en tête lors de ma récoltes de jolies idées de bricolage de Noël.

Et vous, parents d'enfants d'âges aussi variés, comment vous faites ?

Repost 0